Comment cloturer un trade

ou un tiens vaut mieux que deux tu l’auras


Warning: preg_replace_callback(): Requires argument 2, 'wpmathfilter('\4', '\2') ;', to be a valid callback in /homepages/37/d436388175/htdocs/www2/wp-content/plugins/wpmathpub/wpmathpub.php on line 118

Clôturer un pari pour garantir un gain ou limiter une perte est une technique de base que tout parieur devrait comprendre et éventuellement appliquer.  Cette méthode, utilisée aussi sur les marché financier sous le nom de hedging (couverture), est très simple mais rarement expliquée, c’est donc l’objet de cet article.

Pourquoi clôturer un trade ?

Les quatre principales raisons, qui peuvent amener un parieur à clôturer un position, sont dans l’ordre de la pertinence et de la bonne gestion pour finir par la mauvaise motivation:

  • Profiter d’une value-bet en sens opposé de votre position
  • Une détérioration de votre position que le marché n’a pas intégré dans les prix
  • Réduire les commissions à payer liées à l’exchange-betting
  • La trouille de tout perdre

Parier c’est avoir des convictions mais c’est aussi avoir le sens de l’opportunité. Si vous avez misé sur la réalisation d’un événement et qu’un autre parieur propose un pari dans la sens inverse avec un prix value-bet, vous avez l’occasion de faire d’une pierre deux coup. Vous diminuer votre exposition au risque et en même temps vous acheter quelque chose qui vaut plus cher que le prix que vous payez.

Il arrive que vous soyez en possession d’une information qui peut influer, dans le mauvais sens, le déroulement de l’événement sportif sur lequel vous déjà pariez. Evidemment c’est une mauvaise nouvelle mais tout n’est pas perdu, il arrive souvent que le marché réagisse avec retard et pour vous c’est l’occasion soit de figer votre gain soit d’enregistrer une petite perte, mieux vaut se couper une main que perdre un bras.

Les aller-retour sont un bon moyens de réduire considérablement les commissions prises par le sociétés d’exchange-betting. La commission se calculant sur le gain brut par marché et non pas sur le net (pertes moins gains) Il est préférable de traiter un même marché pour faire de la compensation. En terme de commission mieux vaut faire de nombreux petits gains que des gros gains suivis de grosses pertes.

La trouille de tout perdre est la plus mauvaise des motivations. C’est elle qui fait perdre les parieurs amateurs sur le long terme car elle les empêche de maximiser leurs bons coups. Mais comme rien ne se perd ce comportement devient un value-bet (cas no1) pour d’autres parieurs. Un mal pour le bien…d’un autre on peut dire.

Un cas concret

Puisqu’un exemple concret vaut mieux que tous les discours prenons l’exemple d’un match de football. La rencontre de la Premier league anglaise, Southampton Vs Manchester United du 8 décembre 2014.

hedge

Vous remarquerez que ce marché est profond (de gros montants), liquide (plus de 1 millions d’euros échangé un jour avant le match) et surtout serré, un spread réduit au minimu entre les meilleures offres back et lay. Clôturer un pari sur un tel type de marché est aisé, mais dans les cas où vous êtes empêtré sur un marché mort, mieux vaudra le plus souvent ne rien faire et laisser votre position ouverte.

Imaginons que vous ayez parié 1.000 sur la victoire de Manchester United à @2,6 quelques heures avant la prise de la copie-d’écran ci-dessus. Le prix de marché de cette occurrence se situe entre 2,52 (la meilleure offre en back) et 2,54 (la meilleure offre en lay) pour simplifier et arbitrairement on va prend le prix intermédiaire de 2,53.

A priori vous êtes satisfait de ce changement puisque le marché a été dans votre sens et votre plus-value virtuelle se monte à 70 ((2,60-2,53)x1.000). Mais vous avez conscience que tout ceci n’est pas réel puisqu’au coup de sifflet final de l’arbitre vous aurez ou gagné 1.600  ou perdu 1.000 . Vous avez jugé toutefois que le marché était trop optimiste sur une victoire de Manchester United et que le juste prix (value-bet) devrait  se situer vers les 2,56.

En investisseur avisé vous aller donc parier contre la victoire des Mancuniens (un lay à @2,54) et ainsi annuler votre exposition au risque tout en vous assurant un gain quelque soit l’issue de la rencontre. Mais comment calculer le montant à miser pour clôturer votre pari d’origine?

Calculer la mise de clôture d’un pari

Il existe trois principales méthodes de calcul selon l’objectif recherché par le parieur. La plus courante est la méthode du bénéfice équilibré (ou de la perte équilibrée) dont le but est de répartir les gains de manière égale entre toutes les possibilité de dénouement de la rencontre sportive. La formule est la suivante:

(Cote du pari d’origine/Cote du pari de clôture) x mise d’origine.

Si on applique cette méthode à notre exemple cela donne : (2,6/2,54) x 1.000 = 1.023,62 (montant à layer sur Manchester United). Le gain est assuré quelque soit le résultat de la rencontre à 23,62 €.

La deuxième méthode est celle des feignants ou des nuls en math. Elle consiste à miser le même montant que celui d’origine. Dans notre exemple cela revient a avoir un résultat garantie de 60  en cas de victoire du M.U et un résultat nul dans le cas d’un match nul ou d’un succès de Southampton.

La troisième méthode est l’inverse de la seconde, le gain du pari d’origine se retrouve ramené à zéro alors que les deux autres possibilités sont assurées d’un gain identique. On prend le gain potentiel issue de la mise d’origine que l’on divise par la nouvelle cote moins 1.

Appliqué à notre exemple cela donne : 1.600 /(2,54-1)= 1.038.96 . En cas de victoire de M.U. le gain est nul et dans le cas contraire le gain est de 38,96 €.

Cette technique est valable aussi bien pour les marchés à 3 possibilités que 2 ou des courses de chevaux à 15 partants que pour clôter un lay d’origine.

Faites circuler...Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInDigg thisPin on Pinterest